ITW – Didier DIAZ, Président de la FICAM – Coupe du Monde 2023 et médias

Coupe du monde de Rugby 2023 et médias : l’occasion pour la France de montrer qu’elle a d’incroyables talents

Rencontre avec Didier Diaz, président de la FICAM

 

La situation internationale et les bouleversements que va connaître l’Union européenne sont une chance pour la France et le Grand Paris de renforcer son rôle de métropole majeure du continent européen mais aussi au niveau mondial.
Si les JO promettent des retombées très importantes, la coupe du monde de Rugby en renforcera les effets. Ces deux événements se succédant feront de Paris LA ville à suivre, la cité à la mode et augmenterait encore son attractivité. A nous maintenant d’être à la hauteur de ces défis.

Bien entendu, le secteur des médias profite de ce dynamisme mais s’il est assez hétérogène, il s’agit bien définir chacune de ses composantes.

Le nombre de supports augmente et ces derniers évoluent. Le smartphone devient le support le plus utilisé, les tablettes se multiplient et la télévision demeure un vecteur majeur même si la consommation des programmes connaît des évolutions récentes.

Pour nous, un événement sportif comme la coupe du monde de Rugby doit bénéficier aux professionnels qui font le secteur des médias. Je pense notamment au cinéma qui connait une certaine dynamique avec des nouveaux complexes qui apparaissent et la télévision qui demeure le deuxième marché chez le particulier. Pour nous en particulier, il ne s’agit pas de décliner chaque production systématiquement sur les tablettes et les smartphones dont le rendu n’a rien à voir pas plus que les conditions de visionnage. Pour ces derniers, un film est défini le plus souvent par la quantité, du nombre de vues que par sa qualité. Le secteur des médias rassemblent des filières aux métiers, logiques et utilisations très divers.

Le cinéma français bénéficie d’un environnement très favorable avec le CNC par exemple. Nous bénéficions d’une forme de régulation qui permet de sauvegarder un savoir-faire et de conserver une qualité de films que le monde entier nous envie. Nos techniciens, comédiens, et artistes s’y retrouvent et peuvent vivre de leur travail.

Paris avec la coupe du monde de rugby va attirer de nouveau les amateurs de ce sport mais aussi des contingents supplémentaires de touristes intéressés par le patrimoine de la Ville lumière. Nous devons entrer dans une spirale d’idées qui doit bouger les lignes de nos métiers et éviter l’écueil de l’attentisme qui favorise l’immobilisme.

La France souffre régulièrement de campagnes négatives en rapport avec la cherté de la vie, la sécurité, les grèves etc… Nous allons confirmer au monde notre capacité d’organiser des événements planétaires avec une organisation et un maillage des acteurs publics et privés à la fois agiles, professionnels et prêtes à s’adapter à toutes les situations.

La France est aussi un pays dynamique et nous disposons des talents incroyables pour le démontrer à nos visiteurs et au monde entier. Si ces derniers ont parfois des réticences à venir en France, ils ont toujours des regrets d’en repartir.

Bernard Chaussegros, président de l’Observatoire de la Transformation de l’Audiovisuelle (OTA) a été très impliqué dans la candidature de la France à la coupe du monde de Rugby en 2023 et je suis très heureux que notre pays soit désigné pour l’organiser. Il est aussi un précurseur qui foisonne d’idées.

Il s’agit désormais pour les professionnels français du secteur des médias de s’organiser afin de relever les défis qui se présentent à eux. Nous avons besoin d’événements de cette ampleur pour défendre tous les métiers qui font vivre ce secteur important générateur d’un business important tant avec les médias traditionnels que les nouveaux acteurs du multimédia.

 

La FICAM (Fédération des industries du Cinéma, de l’Audiovisuel et du Multimédia), présidée par Didier Diaz, est une organisation syndicale patronale, qui regroupe environ 150 entreprises dont l’activité couvre l’ensemble des métiers et du savoir-faire technique de l’image et du son.

Les entreprises de la FICAM représentent un chiffre d’affaires global de 1 milliard d’euros et emploient plus de
10 000 salariés.
Véritable force de proposition, la FICAM représente, promeut et défend les intérêts nationaux et internationaux de la filière des Industries Techniques de la Création.

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.