L’OTA vous souhaite d’excellentes fêtes !

Bernard CHAUSSEGROS, Président de l’OTA, et toute son équipe vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année !

Un grand merci à toutes les personnes présentes lors de notre Think Drink de Noël ce mardi 19 décembre.
Un moment agréable de convivialité et d’échanges aux couleurs de la France comme en témoignent les images ci-dessous.

 

SORTIE EN LIBRAIRIE – Les cahiers de l’audiovisuel – Ouvrage coordonné par Bernard CHAUSSEGROS et Olivier BABEAU

Les cahiers de l’audiovisuel – MA EDITIONS
Ouvrage coordonné par Bernard CHAUSSEGROS et Olivier BABEAU

Disponible en librairie depuis le 1er décembre 2017

 

En 2009, Bernard Chaussegros, ancien président d’EuroMedia France et spécialiste du secteur audiovisuel,
et Christian Kert, Député des Bouches-du Rhône, intéressé par la gouvernance des médias, fondent ensemble un
« Club de l’Audiovisuel ». Invitant à débattre divers acteurs et décideurs du secteur, ils évoquent au fil des mois les sujets les plus brûlants de l’actualité de l’audiovisuel, les réformes nécessaires et textes de lois à faire évoluer.
Leur objectif : soutenir les activités audiovisuelles, en difficulté dans la période actuelle.

Ces Cahiers sont le résultat des exposés et échanges qui ont eu lieu durant près d’une décennie.
Il y a urgence à « oxygéner » le secteur, à lui faire vivre sa révolution et à permettre à tous ses talents de s’épanouir : écriture, réalisation, production, diffusion, etc.
Ce livre veut aider à penser les nouveaux modèles économiques d’un monde de l’image en pleine mutation.

 

 

Commander « Les cahiers de l’audiovisuel » en cliquant ICI

 

 

 

EDITO – « L’audiovisuel augmenté est déjà en marche » par Laurent JABIOL

Laurent JABIOL est CMO (directeur marketing) de HyperPanel Lab, depuis 2012.
HyperPanel Lab a été créée en 1986, très vite la société a acquis une légitimité dans le domaine du multimédia. Elle est la créatrice d’un nouvel OS pour les objets connectés.
Son parcours
– 30 ans d’expérience dans la high-tech, dont 20 dans la Télévision Numérique. 17 brevets déposés.
– Co-fondateur, puis CEO pendant 10 ans de NEOTION, concepteur de micro-processeurs, et pionnier des Modules de sécurité et MPEG-4 pour les opérateurs TV et Télécom.
– Membre fondateur du Standard CI-Plus déjà déployé depuis 2008 sur plus de 500 millions de téléviseurs et décodeurs.

 

L’audiovisuel augmenté est déjà en marche

Les détracteurs de la Réalité Virtuelle regardent encore d’un air amusé ceux qui chaussent d’épaisses lunettes opaques et alourdies par leur Smartphone pour vivre des expériences à la fois immersives et inédites.

Pour beaucoup d’entre nous, puisque la Réalité Virtuelle nécessite de s’isoler au point de ne même plus savoir qui est assis à côté de soi, c’est totalement antinomique avec l’expérience sociale de l’audiovisuel. Elle restera dès lors – tout du moins dans l’espace domestique – confinée à l’univers du jeu vidéo.

Ce serait oublier bien trop vite que notre relation au téléviseur s’inscrit dans une quête perpétuelle de renouvellement. Il s’y conjugue systématiquement la qualité d’image et de son avec le numérique, le réalisme avec la 4K, l’émotion, les découvertes et les passions avec les offres premium élargies, et bien entendu le lien social autour des grands évènements fédérateurs comme le Sport nous en procure.

Pendant longtemps, la télévision a certes été une expérience sociale partagée – et ce aussi bien en famille que dans nos discussions amicales du lendemain – mais c’était avant tout parce qu’il n’y avait qu’un seul écran par foyer, et aussi et surtout très peu de chaînes disponibles. L’arrivée du Numérique n’a pas tout de suite changé la donne parce qu’à défaut d’être trop chers, les téléviseurs cathodiques étaient bien trop encombrants pour espérer envahir toutes nos pièces ; et les abonnements numériques restaient quand à eux limités à un seul écran. Ce qui a véritablement commencé à changer le paradigme, c’est en tout premier lieu la démocratisation fulgurante des écrans plats qui ont ainsi pu très vite trouver leur place partout dans nos maisons. Mais pas que : en effet, avant que la TNT ne se généralise – et avec elle les chaînes d’information continue qui ont même fini par mettre à mal la grande messe historique du 20h00 – le numérique s’organisait essentiellement autour des bouquets satellites, câbles ou ADSL, ce qui posait alors le double problème du décodeur opérateur et de l’arrivée en un point unique de l’antenne. Cela limitait de fait à un seul écran le meilleur de la Télévision, et donc contribuait d’autant à préserver encore et toujours l’aspect social et partagé de l’expérience audiovisuelle.

Force est de constater qu’en très peu de temps, tout cela a irrémédiablement changé. En amont, les offres « dérégulées » se sont multipliées grâce au haut débit pour tous et à l’OTT. Netflix, YouTube, Facebook en sont des exemples d’autant plus criants qu’ils sont désormais des bouquets à part entière, tant du point de vue de la profusion de l’offre éditoriale, que de l’acquisition de droits majeurs, de la production de contenus et de séries inédites, ou enfin des modèles économiques associés basés sur la publicité, l’abonnement ou le Pay per View.

L’OTT a permis à la TV sur Internet de s’affranchir enfin du seul périmètre du décodeur opérateur connecté à l’écran principal du foyer. A cela, s’est désormais substitué une offre étendue à la fois multi-écrans, multi-temps puisque l’essentiel des contenus peut se revoir en Replay, et multi-espaces car la TV s’emporte dorénavant partout avec soi grâce aux Smartphones et aux tablettes. Les dernières digues, ou plutôt contraintes, qui faisaient encore de la Télévision une expérience partagée ont donc définitivement sauté, du moins pour les plus jeunes.

A l’aune de ce constat, on peut dès lors se reposer la question de la Réalité Virtuelle, et plus largement celle de la Télévision augmentée. L’individualisation croissante et extrême de l’expérience audiovisuelle s’y prête. Elle se pare en outre de l’artifice redoutable que les réseaux sociaux nous apportent en donnant l’impression d’être au contraire en expérience connectée élargie. Au lieu de sa famille ou de ses amis proches, désormais on regarde, on partage et on commente des émissions sur Facebook avec des centaines d’autres fans, où qu’ils se trouvent.

C’est précisément là que la Réalité Virtuelle va pouvoir rentrer en jeu, et ce au sens propre comme figuré. Elle offre en effet un renouveau multi-générationnel aussi nécessaire qu’attendu autour de perspectives éditoriales absolument incroyables pour la télévision. Les grands spectacles et rendez-vous que sont les évènements sportifs, les concerts, la télé-réalité et les débats en tous genres – sans même parler des émissions culturelles sur les voyages, la nature et même l’histoire – vont connaître un choc probablement aussi stupéfiant qu’aura été celui du passage du noir et blanc à la couleur. On pourra assister à un match, de n’importe quel endroit dans les tribunes, au milieu d’autres supporters de son équipe, voire de l’autre, et promener son regard non plus au gré de celui de la production, mais à notre guise.

Et puisque regarder l’écran de télévision est en passe de devenir une expérience réellement individuelle, chausser des lunettes immersives dont on peut penser qu’elles vont évoluer en taille et en praticité, mais aussi envahir notre univers professionnel, sera naturellement une évidence, pour ne pas dire un besoin.

Les grands Opérateurs de télévision premium, ceux-là même qui ont introduit le décodeur dans les foyers, sont légitimes à déployer la Réalité Virtuelle dans le cadre de l’avènement à construire de l’Audiovisuel augmenté. Et ne nous y trompons pas, les GAFA sont déjà sur les rangs.